Vos réponses aux questions sur le troisième pilier

361

Le troisième pilier est souvent proposé comme un complément pour la prévoyance vieillesse. Ceci dit, il faudrait épargner le plus tôt possible pour pouvoir profiter d’une belle somme à la retraite. C’est bien flou tout ça et vous vous posez sûrement beaucoup de questions. Découvrez dans cet article les réponses à quelques-unes de vos interrogations.

Le troisième pilier, c’est quoi exactement ?

Le troisième pilier est un des trois piliers du système de prévoyance en Suisse. Il est facultatif et vous devez également comprendre que pour cette prévoyance privée, vous pouvez investir, faire des économies ou couvrir les risques. On distingue d’ailleurs deux types de troisième pilier, le pilier 3A et le pilier 3B.

A lire également : Quels sont les métiers qui recrutent ?

Souscrire un troisième pilier, pourquoi et pour qui ?

On présente souvent le troisième pilier comme une solution prévoyance vieillesse, mais sachez que l’offre « troisième pilier » proposée par les banquiers ou les assurances peur convenir :

  • Aux jeunes adultes. On leur recommande le pilier 3B pour pouvoir subvenir à leurs besoins en cas d’invalidité par exemple,
  • Aux familles pour constituer une certaine protection pour leurs proches,
  • À tout particulier pour pouvoir réaliser un projet comme l’achat d’une maison,
  • À tout travailleur qui veut garder le même train de vie à la retraite.

En quelques mots, le troisième pilier est une solution qui convient à tout le monde, mais il faudrait choisir la bonne solution. Rendez-vous sur https://www.troisiemepiliersuisse.info/ pour en apprendre plus sur le troisième pilier.

Lire également : Iprof Créteil : connexion au compte

Quelle est la durée de cotisation au troisième pilier ?

Pour le pilier 3A, la durée de cotisation peut aller jusqu’à cinq ans après l’âge de la retraite si vous exercez une activité professionnelle. Pour le pilier 3B, la durée de cotisation est variable, mais elle devrait être indiquée dans le contrat.

Peut-on changer de pilier ?

Vous devez d’abord savoir que le pilier 3A n’est ouvert qu’à ceux qui exercent une activité lucrative. Si au bout d’un moment, vous avez envie de faire une petite interruption dans votre vie active, il y a quand même une possibilité de passer du pilier 3A au pilier 3B. Pour ce changement, il faut respecter certaines conditions, car les compagnies d’assurance et les établissements bancaires ne l’autorisent pas toujours.

Qu’en est-il de la possibilité de résiliation pour le troisième pilier ?

Quand on dit « résiliation » ici, on parle plus de retrait du capital. Pour le pilier 3A, vous pouvez faire le retrait cinq ans avant et après l’âge de la retraite. Il est possible de reporter ce retrait si la personne continue de travailler cinq ans après l’âge ordinaire de la retraite. Les avoirs constitués avec le pilier 3B, quant à eux, peuvent être retirés quand on veut, mais il faut toujours respecter les clauses de retrait mentionnées dans le contrat.

Quels sont les avantages fiscaux dont on peut profiter avec le troisième pilier ?

Pour le troisième pilier, l’avantage fiscal réside dans les économies d’impôts, mais elles sont différentes d’un pilier à un autre. Pour le pilier 3A, il est possible de profiter d’une déduction d’impôt sur le revenu imposable. Il faut également savoir que les revenus générés par le pilier 3A ne sont pas imposés comme une fortune. Du côté du pilier 3b, les versements sont exonérés d’impôts si vous respectez certaines conditions.