Comment obtenir un permis de travail temporaire au Québec ?

26

Le PVT est un permis de travail qui permet aux jeunes français et belges âgés de 18 à 35 ans de travailler librement au Canada. Pour ceux qui n’entrent pas dans ce groupe d’âge ou qui n’ont pas eu la chance d’être tirés au sort, il existe une autre solution possible que d’aller au Canada : demander un permis de travail.

Lire également : Comment immigrer au Canada en tant que travailleur qualifié ?

Néanmoins, le permis de travail est un peu plus complexe à obtenir. Nous avons clarifié les différentes conditions et procédures d’obtention de différents permis de travail au Canada pour vous

Ai-je vraiment besoin d’un permis de travail ?

En effet, c’est la première question à vous poser ! Si vous effectuez quelques activités de travail spécifiques, il se peut que vous n’ayez pas besoin d’un permis pour travailler au Canada.

A lire en complément : Comment apprendre à manager ?

C’est le cas, par exemple, des athlètes ou des entraîneurs étrangers qui sont membres d’une équipe étrangère participant à des compétitions au Canada, des étudiants en soins de santé, des journalistes, des artistes ou si vous venez au Canada pour faire des affaires sans entrer sur le marché du travail canadien.

Pour obtenir la liste complète des domaines exemptés de visa, vous pouvez consultez la page dédiée sur le site Web de l’immigration canadienne.

Le cas spécifique des étudiants

Si vous êtes déjà au Canada pour vos études, sachez que vous pouvez travailler sur votre campus à temps partiel (comme aide de bibliothèque par exemple). Après les six premiers mois de vos études, et si vous obtenez les notes requises, vous pourrez travailler hors campus jusqu’à 20 heures par semaine pendant les périodes scolaires et à temps plein pendant les vacances scolaires, le tout sans permis de travail.

Une fois vos études terminées au Canada, vous aurez droit à un permis de travail à temps plein, appelé permis de travail post-diplôme. La période de validité de ce document dépend de la durée de vos études. Ainsi, si vous n’avez étudié qu’un an sur le sol canadien, votre permis de travail ne sera valable qu’un an, cette validité sera de deux ans pour deux ans d’études et de trois ans pour trois ans d’études ou plus.

Consultez la page consacrée aux permis de travail post-graduation sur le site Web de l’immigration.

Les différents permis de travail au Canada

Si vous n’êtes pas sur la liste des exemptions, vous devrez passer par la case autorisée pour pouvoir travailler au Canada. Selon la nature et la durée de votre emploi, différents permis de travail sont disponibles.

Avant d’entrer dans les détails, il est nécessaire de faire la distinction entre les deux permis de travail existants au Canada, les permis de travail ouverts et les permis de travail fermés.

Le permis de travail qui vous est ouvert vous permet de travailler pour n’importe quel employeur au Canada. Par exemple, il s’agit du permis que les autorités accordent au conjoint de fait des PVT, afin qu’ils puissent exercer une activité professionnelle pendant leur séjour au Canada.

Le permis de travail lié à un employeur spécifique, mieux connu sous le nom de permis de travail fermé , sera, comme son nom l’indique, lié à votre employeur. Votre permis indiquera donc le nom de votre employeur ainsi que la durée de votre travail, qui déterminera la durée de votre permis.

Selon le secteur professionnel dans lequel vous opérez, vous aurez le droit de demander l’un ou l’autre de ces permis. Pour une liste complète des situations professionnelles liées aux différentes licences, vous pouvez consulter la page du site officiel du gouvernement du Canada.

Comment obtenir un permis de travail au Canada ?

Après avoir déterminé le type de permis de travail que vous pouvez obtenir, il est nécessaire de déterminer si vous êtes admissible à un permis de travail. Pour ce faire, vous devez remplir quelques conditions :

  • Attestez de votre intention de quitter le territoire après l’expiration de votre permis de travail
  • Attestez que vous avez les moyens financiers de subvenir à vos besoins (et à ceux de votre famille, le cas échéant) pendant votre séjour au Canada.
  • Soyez en bonne santé. Si nécessaire, il vous sera demandé d’effectuer un examen médical.

Une fois qu’il est déterminé que vous êtes admissible à un permis de travail, tous les vous devez le faire, c’est postuler ! Pour qu’il soit accepté, vous devez prouver que vous avez effectivement obtenu un emploi au Canada. Votre futur employeur doit vous fournir une lettre d’emploi indiquant clairement quel est le titre du poste que vous occuperez, le montant de votre salaire, mais également les conditions de votre travail.

Ils doivent également vous envoyer une copie de l’EIMT (Labour Market Impact Assessment), le document qui prouve aux autorités que l’employeur a pris les mesures nécessaires pour recruter un Canadien avant de vous donner le poste. Il est à noter que si vous demandez un permis de travail ouvert, c’est-à-dire un permis qui n’est lié à aucun emploi, cette copie du LMCA n’est pas nécessaire. Votre employeur vous fournira également une preuve de paiement des frais de conformité de l’employeur.

En plus des documents fournis par l’employeur, votre demande de permis de travail doit inclure les documents suivants :

  • Un passeport en cours de validité ou éventuellement une copie du les pages d’identification ;
  • Justification des fonds disponibles : ce qui permettra aux autorités de commander si vous avez les moyens de vivre au Canada
  • Deux photos d’identité ;
  • Preuve de paiement des frais de traitement de votre dossier. Ces frais s’élèvent à 155 dollars canadiens ;
  • Preuve que vous possédez les qualifications requises pour combler le poste
  • Si le poste en question n’est pas soumis à une évaluation de l’impact sur le marché du travail, votre dossier de demande de permis de travail doit inclure l’offre d’emploi correspondante.

Cette liste n’est pas exhaustive, selon votre cas, il se peut que d’autres documents vous soient demandés en plus.

Une fois votre dossier constitué, il reste encore à effectuer certaines démarches administratives telles que la transition vers l’immigration à votre arrivée. Si vous êtes déjà au Canada, vous devrez faire le fameux « Tour du Poteau », c’est-à-dire sortir du Canada pendant quelques heures ou quelques jours pour traverser la frontière et validez votre nouveau permis. Vous devrez également fournir des informations sur votre famille (conjoint et/ou enfant), afin d’obtenir un visa de conjoint de fait afin que votre partenaire puisse également travailler pendant votre séjour au Canada.

Le délai d’obtention de ce fameux permis est de 41 jours si la demande a été faite sur papier et de 51 jours si elle a été faite en ligne.

La demande doit ensuite être envoyée au centre de réception des demandes de visa (CDRV) . Il est à noter que le permis de travail que vous obtiendrez est temporaire. En tant que tel, il a une durée limitée qui ne peut généralement pas dépasser 4 ans. Si vous souhaitez prolonger votre séjour au Canada, vous devrez prendre des mesures pour obtenir une carte de résident permanent. Cela nécessitera au moins un an de travail à temps plein ou justifiera son existence un emploi qui vous est réservé. Ce permis vous donne accès gratuitement au monde du travail.

Quelques conseils de pro pour trouver un emploi au Canada

Pour avoir toutes les cartes en main, nous avons demandé conseil à un expert en sur le terrain : Marilène Garceau, conseillère en mobilité internationale chez Kennedy Garceau.

Kennedy Garceau est composé d’une équipe canadienne-française spécialisée dans le soutien aux futurs immigrants européens dans leur recherche d’emploi et leur intégration au Canada.

Voici les conseils d’un professionnel pour augmenter vos chances de trouver un emploi au Canada :

Votre CV est votre carte de visite pour trouver un emploi au Canada. Il est toujours nécessaire qu’il reprenne les normes de votre futur pays d’accueil pour capter l’attention de votre lecteur. La clé ? Formulez, à partir de faits concrets, ce que vous avez accompli en vous assurant d’y ajouter des éléments quantitatifs et qualificatifs.

Partez à la découverte de votre futur pays d’accueil. Rien de mieux que de profiter de quelques jours de congé pour visiter la province ou la ville de et confirmer votre choix. Rencontrez des gens de votre secteur et communiquez avec les nouveaux arrivants pour partager leur expérience. Et si vous deviez faire une chambre chez l’habitant ? Un excellent moyen de réduire les coûts et interagir avec les locaux.

Optimisez l’utilisation de LinkedIn. Cet outil de réseautage professionnel est indispensable au Canada pour développer correctement votre réseau. Un bon moyen d’identifier les personnes qui pratiquent votre métier, d’entrer en contact avec elles et d’échanger. En exploitant tout le potentiel de LinkedIn, vous le transformerez en un outil de suivi actif et recevrez des nouvelles des entreprises qui vous intéressent ainsi que de celles de votre secteur d’activité.

Rencontrez les Canadiens avant de partir. Et si le développement de votre réseau canadien commençait avant même votre départ ? Rencontrez des associations canadiennes et participez aux nombreux événements qui se déroulent près de chez vous : un excellent moyen d’affiner votre présentation percutante en 30 secondes.

Si vous n’avez pas pu profiter d’un PVT canadien pour vous rendre au pays des érables, la demande de permis de travail vous ouvre encore de nombreuses possibilités. En fonction de votre profil et de votre domaine d’expertise, il existe différents types de permis pour lesquels vous pouvez vous qualifier. ACS vous fournit les meilleurs conseils pour vous aider à réaliser votre rêve d’expatriation, et vous permet de choisir une assurance en harmonie avec vos besoins pour réussir votre séjour au Canada et dans le monde.